Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Recommandations importantes > Musulmans reconvertis : Comment préserver le choix de vos obsèques

Musulmans reconvertis : Comment préserver le choix de vos obsèques

Le 14 décembre 2023
Musulmans reconvertis : Comment préserver le choix de vos obsèques
Tout musulman doit se préparer à la mort. Il est indispensable aux musulman(e)s reconverti(e)s de faire reconnaitre officiellement leur adhésion à l'Islam en laissant notamment un testament afin de faire valoir leurs droits d'avoir des obsèques musulmanes

Il est primordial pour tout musulman de garder en tête que la mort peut surgir d'une seconde à l'autre et de s'y préparer au mieux.

C'est pourquoi il a été fortement recommandé par notre Prophète ﷺ d'établir son testament : 

« Il ne convient pas à un musulman qui a des choses à recommander, de passer deux nuits sans que son testament soit auprès de lui ».
(Rapporté par Al-Boukhari)

Le testament, appelé en arabe Al Wassiyah, est un courrier manuscrit qui apporte une garantie légale quant au respect de nos volontés après notre décès. Il peut, par exemple, désigner une personne chargée d’exécuter ce testament, stipuler le lieu d’enterrement souhaité (inhumation en France ou rapatriement à l'étranger), il peut comprendre la répartition de nos biens dans le respect des règles islamiques, il peut informer des dettes éventuelles du défunt, etc.

Le testament peut devenir religieusement obligatoire si la personne qui le rédige est redevable d’une dette qui n'est pas encore remboursée ou si elle craint que ses volontés ne soient pas prises en compte après son décès. 

Quand une personne se reconvertit à l'Islam, il est indispensable que cette personne fasse officiellement part de ses volontés après son décès et qu'elle laisse une trace écrite. La personne reconvertie à l'Islam peut être dans un environnement familial qui ne respecte pas le choix de reconversion et qui va donc manifester son refus de voir inhumer ce membre de la famille dans le respect des obsèques musulmanes. Ce qui crée une épreuve supplémentaire aux proches musulmans qui s'efforceront de faire valoir les volontés du défunt.

On peut alors entrer dans un conflit difficile et éprouvant qui mène jusqu'au tribunal. Ce sera donc au juge de trancher avec les preuves que les deux parties lui ont apporteront. Cette procédure rallonge le temps de l'organisation des obsèques ce qui, religieusement, est néfaste pour le défunt.

La Sunna nous recommande de hâter les obsèques. Le Prophète ﷺ  nous a indiqué la raison de cela. Il ﷺ a dit :
«Hâtez les funérailles ! S’il s’agit d’une personne pieuse, c’est un service que vous lui rendez. Si elle ne l’est pas, c'est un fardeau dont vous déchargez vos épaules.»  (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Nous avons malheureusement déjà été confronté plusieurs fois à cette situation.

Un jour, une femme est venue nous mandater pour nous occuper des obsèques de son défunt mari qui était reconverti à l'Islam. Ils avaient contracté un mariage religieux mais n'étaient pas mariés civilement à la mairie. Ils avaient eu des enfants ensemble. L'homme est donc décédé, qu'Allah lui fasse miséricorde. Sa maman qui n'a jamais accepté la reconversion de son fils, a alors saisi la justice pour empêcher qu'il soit enterré en tant que musulman. Elle souhaitait pour lui en une cérémonie et un enterrement chrétiens selon ses propres convictions. Il a fallu apporter le maximum de preuves attestant que ce monsieur avait adopté la religion musulmane, qu'il vivait comme un musulman, qu'il éduquait ses enfants avec une éducation musulmane, etc. Ce fut très éprouvant pour l'épouse. Le juge a considéré les preuves apportées par l'épouse suffisantes et a donc permis des obsèques musulmanes. Un testament écrit de la main du défunt voire un témoignage filmé en vidéo aurait évité cette épreuve supplémentaire.

Nous conseillons également d'officialiser le mariage civil en mairie. En effet, le concubin n'est pas légalement le décisionnaire juridique lors de l'organisation des obsèques. C'est au parent le plus proche que revient ce droit généralement. Dans le cas précédent, le fait que le couple aient eu des enfants ensemble donnait un poids décisionnaire supplémentaire à l'épouse. 

 Bien que ce ne soit pas obligatoire religieusement pour tout nouveau musulman, faire reconnaitre sa reconversion auprès d'une mosquée qui vous attribuera un certificat de conversion officiel, évitera encore une fois ce genre de situation.

En tant que musulmans, nous savons que, chaque jour qui passe, est un jour qui nous rapproche de notre mort. À nous de préparer ce grand départ à toute éventualité d'autant plus pour les personnes reconverties.

Il est primordial pour tout musulman de garder en tête que la mort peut surgir d'une seconde à l'autre et de s'y préparer au mieux.

C'est pourquoi il a été fortement recommandé par notre Prophète ﷺ d'établir son testament : 

 « Il ne convient pas à un musulman qui a des choses à recommander, de passer deux nuits sans que son testament soit auprès de lui ».
(Rapporté par Al-Boukhari)

Le testament, appelé en arabe Al Wassiyah, est un courrier manuscrit qui apporte une garantie légale quant au respect de nos volontés après notre décès. Il peut, par exemple, désigner une personne chargée d’exécuter ce testament, stipuler le lieu d’enterrement souhaité (inhumation en France ou rapatriement à l'étranger), il peut comprendre la répartition de nos biens dans le respect des règles islamiques, il peut informer des dettes éventuelles du défunt, etc.

Le testament peut devenir religieusement obligatoire si la personne qui le rédige est redevable d’une dette qui n'est pas encore remboursée ou si elle craint que ses volontés ne soient pas prises en compte après son décès. 

Quand une personne se reconvertit à l'Islam, il est indispensable que cette personne fasse officiellement part de ses volontés après son décès et qu'elle laisse une trace écrite. La personne reconvertie à l'Islam peut être dans un environnement familial qui ne respecte pas le choix de reconversion et qui va donc manifester son refus de voir inhumer ce membre de la famille dans le respect des obsèques musulmanes. Ce qui crée une épreuve supplémentaire aux proches musulmans qui s'efforceront de faire valoir les volontés du défunt.

On peut alors entrer dans un conflit difficile et éprouvant qui mène jusqu'au tribunal. Ce sera donc au juge de trancher avec les preuves que les deux parties lui ont apporteront. Cette procédure rallonge le temps de l'organisation des obsèques ce qui, religieusement, est néfaste pour le défunt.

La Sunna nous recommande de hâter les obsèques. Le Prophète ﷺ  nous a indiqué la raison de cela. Il ﷺ a dit :
«Hâtez les funérailles ! S’il s’agit d’une personne pieuse, c’est un service que vous lui rendez. Si elle ne l’est pas, c'est un fardeau dont vous déchargez vos épaules.»  (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Nous avons malheureusement déjà été confronté plusieurs fois à cette situation.

Un jour, une femme est venue nous mandater pour nous occuper des obsèques de son défunt mari qui était reconverti à l'Islam. Ils avaient contracté un mariage religieux mais n'étaient pas mariés civilement à la mairie. Ils avaient eu des enfants ensemble. L'homme est donc décédé, qu'Allah lui fasse miséricorde. Sa maman qui n'a jamais accepté la reconversion de son fils, a alors saisi la justice pour empêcher qu'il soit enterré en tant que musulman. Elle souhaitait pour lui en une cérémonie et un enterrement chrétiens selon ses propres convictions. Il a fallu apporter le maximum de preuves attestant que ce monsieur avait adopté la religion musulmane, qu'il vivait comme un musulman, qu'il éduquait ses enfants avec une éducation musulmane, etc. Ce fut très éprouvant pour l'épouse. Le juge a considéré les preuves apportées par l'épouse suffisantes et a donc permis des obsèques musulmanes. Un testament écrit de la main du défunt voire un témoignage filmé en vidéo aurait évité cette épreuve supplémentaire.

Nous conseillons également d'officialiser le mariage civil en mairie. En effet, le concubin n'est pas légalement le décisionnaire juridique lors de l'organisation des obsèques. C'est au parent le plus proche que revient ce droit généralement. Dans le cas précédent, le fait que le couple aient eu des enfants ensemble donnait un poids décisionnaire supplémentaire à l'épouse. 

 Bien que ce ne soit pas obligatoire religieusement pour tout nouveau musulman, faire reconnaitre sa reconversion auprès d'une mosquée qui vous attribuera un certificat de conversion officiel, évitera encore une fois ce genre de situation.

En tant que musulmans, nous savons que, chaque jour qui passe, est un jour qui nous rapproche de notre mort. À nous de préparer ce grand départ à toute éventualité d'autant plus pour les personnes reconverties.

Bien que ce ne soit pas obligatoire religieusement pour tout nouveau musulman, faire reconnaitre sa reconversion auprès d'une mosquée qui vous attribuera un certificat de conversion officiel, évitera encore une fois ce genre de situation.

En tant que musulmans, nous savons que, chaque jour qui passe, est un jour qui nous rapproche de notre mort. À nous de préparer ce grand départ à toute éventualité d'autant plus pour les personnes reconverties.

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Recommandations importantes

Gardons contact